Vous recherchez un film ?

Recherche avancée

Actualités // « Retour

Mystère du squelette de Montcigoux
Publiée le 11/02/2016

Mystère du squelette de Montcigoux


« Quand la légende dépasse la réalité, on imprime la légende »


Nous aimons la vérité mais le mensonge reste le meilleur ami du merveilleux, aussi noir soit-il. Sans mensonge le lecteur s’ennuierait et les journaux se vendraient moins.

Dans un célèbre western de John Ford le directeur d’une gazette assène son principe éditorial : « Quand la légende dépasse la fiction, on imprime la légende* ». La légende en effet fut écrite et racontée portant avec elle d’épouvantables rumeurs. Un jour, l’inévitable quête de vérité s’imposa. C’est alors que se produisit une alchimie étrange qui révéla à son tour d’autres mystères. 


Vérités et mensonges


Le squelette d’Ernest Pagnon de Fontaubert repose depuis plus d’un siècle dans un cercueil vitré posé dans les vestiges de la tour du manoir de Montcigoux, hameau situé sur la commune de St-Pierre-de-Frugie en Périgord Vert, à mi chemin entre Limoges et Périgueux. La maison appartient à Gilbert et Marie Claude Hoert-Chabaud soucieux du repos de leur hôte bien encombrant.


Le lundi 15 février 2016, pour la première fois depuis 1913, Ernest va quitter son pays en direction du pôle d’expertise de la Police Judiciaire à Cergy- Pontoise, transporté par le Colonel Patrick Chabrol, un enfant du pays, officier de la Gendarmerie Nationale.


En 1933 le Courrier du Centre, raconta qu’Ernest P. de F. fut tué d’un coup de hache par son frère Arthur à son retour de Californie. Ernest… auteur d’inceste avec sa soeur Ernestine partie avec lui aux Amériques au temps de la Ruée vers l’or. Couple criminel, infanticide, enterrant en cachette leurs petites victimes au pied d’un cyprès de la propriété familiale.


Quant à Arthur, le frère cadet, le chroniqueur le décrit comme un être frustre, brutal jaloux. Mais il possède une imagination surprenante lorsqu’il aseptise la scène de crime. Il cache le corps de son frère sous le plancher puis le lendemain part vendre deux magnifiques boeufs à la foire. Il en demande une somme élevée empêchant toute transaction, revient à Montcigoux avec les bêtes, feint la colère et sacrifie les boeufs aidé par les domestiques abasourdis. Le sang se répand dans la maison recouvrant celui d’Ernest tué la veille. Pour clore cette séquence digne du meilleur thriller, Arthur fait tendre la peau des animaux devant la maison pour repousser d’éventuels visiteurs. Le crime est parfait.


Voilà ce qui fut publié en 1933 dans le Courrier du Centre, vingt ans après la découverte par des ouvriers du squelette enterré sous le plancher d’une dépendance proche du manoir. Un vieux domestique qui se trouvait là aurait déclaré en voyant les ossements « Qué nostré Moussur » (C’est notre Monsieur). Les prétendus témoignages recueillis sur place par l’envoyé très spécial du Courrier du Centre donnèrent une dimension extraordinaire voire fantastique à l’histoire qui resta en sommeil pendant des lustres.


En 1958 Robert Margerit s’inspira de cette « histoire vraie » dans son roman La Terre aux loups. En 1987 avec Michel Follin nous recueillîmes pour France 3 la mémoire vivante de ce conte sous le titre « Histoires d’un crime », film tourné en collaboration avec les habitants du village de Montcigoux. Raison pour laquelle la Cinémathèque régionale suit les rebondissements récents de cette histoire et s’implique fortement dans sa médiatisation et son enregistrement.


Le récit des abominables crimes se sont transmis pendant des décennies. Jusqu’au jour où Bernard Aumasson, généalogiste amateur et passionné d’histoire, révéla la réalité. La persévérance avec laquelle il mena son enquête aux Etats-Unis et en Limousin Périgord bouleversa ce qui alimentait depuis un siècle des rumeurs dont le bien-fondé reste un mystère. Pendant des mois Bernard Aumasson accumula des centaines de pages de documents issus d’archives américaines et locales, autant de preuves irréfutables démontrant que le récit publié dans le Courrier du centre en 1933 s’apparente à une rêverie mâtinée de malfaisance. La vérité à elle seule offrait pourtant toute la matière d’un vrai roman, du départ d’Ernest et de sa soeur en Californie en décembre 1850 à la mort d’Ernestine, atteinte de folie, en janvier 1867 à Montcigoux.


L’éclairage nouveau porté par l’opiniâtreté du chercheur conserve des zones d’ombre : pourquoi et comment un homme marié a-t-il pu laisser sa femme au pays et s’en aller avec sa soeur chercher de l’or en Californie après avoir devant notaire réglé sa succession ? Comment expliquer la correspondance aimable entre l’épouse et sa belle-soeur partie aux Amériques pour longtemps ? Comment la soeur a-t-elle pu, après l’assassinat de son frère rester seule loin de France pendant presque trois ans pour régler la succession ? Quel était son état physique réel à son retour ? Pourquoi ce comportement étrange qui amena la famille à saisir la justice pour placer Ernestine sous tutelle ?...


Depuis 103 ans un squelette repose dans un cercueil de verre. Qui est-il ? Pourquoi était-il sous ce plancher devant la cheminée ? Les ossements examinés une première fois en juin dernier par le Professeur Piva, médecin légiste, vont être livrés aux experts de la police scientifique aux outils sophistiqués (voir la vidéo). Qu’apprendrons-nous de ces malheureux restes sans sépulture ? L’âge ? Le sexe ? Celui que nous appelons par commodité « Ernest » livrera-t-il un secret ?


Vérités et mensonges avancent dans le temps et guident notre errance comme l’écrivait Lewis Carroll en introduction d’Alice aux Pays des Merveilles. Le voyage de ce squelette inconnu vers les laboratoires de pointe oriente l’histoire dans une direction improbable. Il y aura-t-il une fin à ces mystères ? Faut-il le souhaiter ?


Marc Wilmart
Auteur d’« Histoires d’un crime » – 1987
Président de la Cinémathèque du Limousin


France Inter vendredi 12 séquence de 10’ dans Secrets d’Info à 19h 20 > enquête de Anne Brunel 


Reportage France 3 Aquitaine et France 3 Limousin


Sud Ouest


Le Populaire à la une


 


          

Collecter, Sauvegarder, Partager ...